top of page
Rechercher
  • Merdado

Comment j’ai (provisoirement sans doute) échappé au Covid 19

Dernière mise à jour : 4 sept. 2020


Ceux qui me connaissent et ceux qui me suivent savent sans doute déjà que dans la progéniture de Merdado c’est n°2 qui en général l’emporte sur les 2 autres en termes de prise de risques et de dépassement des limites 

Il a donc bien fallu qu’elle se distingue encore une fois et cette fois de façon magistrale en nous ramenant le fameux virus, celui qu’on a même plus envie de nommer tellement on a entendu son nom (le même dans toutes les langues apparemment)

Après 14 jours de vacances généreusement et exclusivement octroyés à sa famille nucléaire, n° 2 nous a quittés pour rejoindre un séjour vraisemblablement plus lumineux en compagnie de sa bande de copines (auto baptisées le club des 6-je vous laisse imaginer) plus un certain nombre d’autres ados.

Et leurs parents bien sûr.

Mais voilà que patatras, au 2ème jour de ce séjour de folie, un ado venu en visite se rend compte qu’il est atteint du Covid.

Au 5ème jour, les filles commencent à avoir des symptômes. Et bien sûr je ne suis informée qu’à ce moment-là.

Rapatriement au bercail, interruption des vacances, tests PCR pour toute la bande.

N°3 est seule pendant 48h (nous sommes sur la route du retour), confinée à l’intérieur de la maison (enfin c’est ce que je lui intime l’ordre de faire) en attendant le résultat du test (qui sera évidemment positif).

A notre retour, elle n’aura plus l’autorisation de sortir de sa chambre sauf pour aller dans sa salle de bains (on a la chance d’en avoir une 2ème pour nous).

Et pendant 10 jours, tel un prisonnier à l'isolement, elle mangera dans sa chambre dans de la vaisselle jetable…

10 jours difficiles pour n°2 qui n’aime rien tant que sortir voir ses copines. Mais ses copines sont aussi confinées...

10 jours à vivre la nuit et dormir le jour.

10 jours sans câlins ni bisous.

10 jours à crier quand je suis devant sa porte « j’arrive » pour qu’elle mette son masque quand j’ouvre ladite porte.

10 jours à nettoyer les poignées et les boutons du lave-linge (qu’elle utilise pour ses vêtements) à la javel.

10 jours à préparer des repas vitaminés pour qu’elle aille mieux.

10 jours à la tenir à l’écart de nos vies, pour ne pas être contaminés.

10 jours à la traiter comme si elle avait la peste. En relisant La Peste.

10 jours à s’angoisser (surtout à minuit) quand n°2 a du mal à respirer.

10 jours à lui parler par SMS, téléphone et à travers la porte, avec quelques petites conversations à distance sur le pas de la porte avec masques.

10 jours sans savoir si des animaux n’avaient pas envahi sa chambre, compte tenu de la nourriture qui s’y est accumulée.

10 jours à abandonner toute velléité de contrôle de son utilisation du téléphone portable.

10 jours à attendre que ça aille mieux.

10 jours sans la voir débarquer dans la cuisine pour chercher de la junk food (sauf une tentative une fois, vite arrêtée…)

10 jours difficiles, surtout pour elle qui n’a plus de goût ni d’odorat et qui accepte désormais donc de manger fruits et légumes (houra !)

Mais c’est désormais fini. La porte de n°2 a été rouverte hier. Les désinfecteurs vont pouvoir s’activer pour ramasser dans son cachot, restes de nourriture moisie et chaussettes odorantes et cradingues.

n°2 est libérée et les ennuis ne font que commencer.

PS : nous sommes tous négatifs !

38 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

1 Comment


la vie est un torrent compliqué à traverser pour leurs parents

et souvent charriant du linge sale et des canettes vides

Like
bottom of page