Rechercher

Le mystère du Tupperware abandonné


La semaine dernière je suis partie quelques jours, laissant ainsi n°1 et n°2 en tête à tête.

Mauvaise idée vu leurs relations.

Mais parfois ça fait du bien de ne pas être là.

J’ai assez rapidement eu droit à des messages type « tu sais qu’elle ne dort pas là cette nuit, elle t’a prévenue au moins ??? » ou « elle a encore dégueulassé la salle de bains », ou encore « elle a fermé la porte à clé et je ne peux pas rentrer et elle ne répond pas ». Bref, rien de nouveau sous le soleil. La délation habituelle (surtout de la part de l’une d’entre elle) et que je réprouve pourtant. Pour préserver ma santé mentale, j’ai décidé d’ignorer la majorité de ces messages.

Mais lorsque j’ai fini par rentrer chez moi (hélas toutes les bonnes choses ont une fin) j’ai découvert dans la pièce qui me sert de bureau un tupperware souillé, manifestement déposé là depuis un certain temps vu son état.

J’ai donc demandé à n°1 et n°2 de bien vouloir venir prendre possession de cet objet puant pour le jeter ou le laver, sans chercher à savoir qui en était responsable.

C’est alors qu’une enquête non contradictoire a été menée par les deux sœurs, chacune accusant l’autre d’avoir déposé le tupperware dans mon bureau.

N°1 a affirmé qu’il y avait dedans des restes de lentilles, plat qu’elle abhorre. Que par conséquent il ne pouvait en aucun cas lui appartenir.

N°2 est venue sur place munie d’une loupe et d’un microscope pour examiner le contenu de l’objet délictueux et effectuer un prélèvement d’empreintes. Après une étude approfondie des différents indices, elle a déclaré qu’il s’agissait d’un reste de « bolo» (bolognaise), qui avait forcément été mangé par sa sœur, puisqu’elle lui en avait laissé une part dans un élan de générosité. Elle m’a ensuite communiqué une longue liste de récriminations à l’endroit de sa sœur, toutes étant liées à un problème de propreté. Le même type de liste m’avait précédemment été transmis par n°1 qui reprochait la même prétendue absence d’hygiène à sa sœur.

Oui mais en attendant le tupperware pourri était toujours dans mon bureau, son contenu poursuivant sa décomposition certes naturelle mais néanmoins nauséabonde.

Refusant de déclencher une procédure judiciaire pour déterminer qui de mes deux enfants était coupable, et au vu d’éléments d’enquête peu probants, j’ai pris une décision radicale.

J’ai jeté le tupperware à la poubelle avant que de nouvelle souris n'en prennent possession.

Je sais ce n’est pas bon pour la planète le plastique.

Mais pour une fois, la planète passera après la paix de mon foyer.

A bientôt pour de nouvelles aventures exaltantes.



17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

#Ukraine