Rechercher
  • Merdado

Ma journée d’anniversaire (Pas la meilleure)


Pour commencer, il me faut vous dire que depuis quelques années, le jour de mon anniversaire n’est pas vraiment une bonne nouvelle.

Je constate avec un peu d’amertume que j’ai pris une année de plus, que je vieillis donc et souvent, le cœur n’est pas vraiment à la fête.

A l’approche de mes 40 ans, il y a quelques temps, j’ai même failli faire une sorte de dépression. Je ne supportais pas l’idée de quitter définitivement le camps des 30’s. Et puis, l’anniversaire passé, j’ai oublié. Je me suis ensuite, totalement involontairement, enlevée une année. Pendant plusieurs années. Du coup, quand je m’en suis aperçue, j’ai pris deux ans d’un coup. Mauvaise opération.

Mais là ma fille a eu 18 ans, et comme je me souviens très bien de l’âge que j’avais quand elle est née, je n’ai pu ignorer mon âge.

Bon je me plains mais comme dirait ma mère « soit on vieillit soit on meure ».

C’est un peu trash mais c’est vrai.Ajoutons quand même que tout dépend comment on vieillit. Parfois peut-être il vaut mieux mourir.

Mais ne plombons pas plus l’atmosphère.

Pour commencer, la veille de mon anniversaire, mes 2 ados se sont disputées comme des chiffonnières. A minuit passé. Pour une histoire de maillot de bain découpé et de sac « emprunté ».

Bref, des broutilles.

Sauf que, fatiguée par une longue journée, je n’ai pas supporté.

J’avais pourtant décidé de m’inscrire dans la journée à un atelier de parents bienveillants. Bien qu’il soit à mon avis bien trop tard pour moi.

Perdado s’en est mêlé. L’hystérie féminine à son paroxysme et l'absurdité du conflit lui ont fait perdre son flegme habituel.

Résultat : à minuit 30 j’ai annoncé que j’annulais le week-end en famille prévu pour mon anniversaire.

A 2h30, ne parvenant pas à dormir, je me suis dit : on verra bien.

Le lendemain matin, réveillée par Perdado et n°3 munis d’une montagne de chouquettes ornées d’une bougie (hélas pas de kougloff et pas d'ados non plus), et découvrant la pluie qui tombait sans s’arrêter, j’ai reconsidéré ma décision.

Les ados ont dormi comme d’habitude assez tard mais j’ai eu droit quand même à un câlin de n°2 et un vague bon anniversaire de n°1 fâchée par la scène de la veille.

La suite de la journée a été moins radieuse. Même si la pluie s’est arrêtée de tomber.

J’ai dû :

- faire changer la serrure de ma porte, la clé ayant été mystérieusement égarée dans un lieu inconnu par n°1 au retour de sa folle soirée d’anniversaire. Bilan : 850€

- affronter les reproches de ma mère sur la nature desquels je ne m’étendrais pas mais qui n’a pas compris que parfois, le jour de l’anniversaire de sa fille, on peut faire un effort. Bilan : déjeuner avec Deliveroo seule dans ma cuisine

- lire et relire des sms et mails d’un parent de l’école hystérique m’annonçant vouloir me faire un procès pour une sombre histoire entre enfants dont j’avais tenté de mêler (à tort). Bilan : mal à la tête et des heures perdues

- chercher pendant des heures l’ipad de n°2 caché dans un moment de colère et introuvable. Bilan : pas d’ipad. Il doit être avec les clés de n°1.

- retrouver les cartes famille nombreuse inutilisées depuis des mois pour prendre le train. Bilan : 3/5

- préparer un sac entier de produits désinfectants pour le train car, au cas où vous ne le sauriez pas, les TER pour la Normandie sont les trains les plus sales de France (en temps normal – alors en temps de Covid…). Bilan : un sac de plus

- sauter du train presque en marche et courir avec n°1,2 et 3 + Perdado + 4 valises et 2 sacs (oui on part en week end un peu chargés…) après m'être aperçue à la faveur d’une annonce du contrôleur que nous étions en route pour Cherbourg…(pas du tout ce qui était prévu). Bilan : essoufflement aggravé par le port du masque durant la course, mon manque d'entraînement évident, et la poursuite du port du masque pendant le trajet + on a failli oublier l'ordinateur de Perdado dans le train.pour Cherbourg + dans la panique j'ai assommé un pauvre voyageur avec un de mes nombreux sacs qui a volé sur sa tête.

Bref, j’avais mérité le bon dîner dans un magnifique restaurant non confiné (zone verte) que j’ai pu finalement savourer dans une ambiance étonnamment sereine.

L’air de la mer sans doute.

Message à n°1 qui apparemment lit mon blog ( !) : merci pour ton cadeau ma chérie. Et arrête de grandir si vite, cela ne me rajeunit pas …

57 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

#Ukraine