top of page
Rechercher
  • Merdado

A good enough mother…


Ce soir alors que je suivais le énième zoom de l’école pour préparer les énièmes adaptations aux énièmes mesures sanitaires, j’ai eu une prise de conscience brutale.

Alors que je jouais au Sudoku sur mon téléphone tout en essayant à la fois de ne pas perdre le fil de la conversation et de ne pas sombrer dans un ennui trop visible, une mère a dit (oui ce sont toujours les mères qui se rendent à ce genre de réunion grrr) : le Dst (pour les novices, DST = devoir sur table) de mon fils était infaisable même moi je n’aurais pas pu répondre à toutes les questions.

Lâchant mon sudoku (pourtant j’étais bien partie pour le résoudre en mode expert cette fois gros challenge), mon sang n’a fait qu’un tour, et vous allez vite comprendre pourquoi.

La mère parfaite était de retour.

Celle qui a pris le temps de refaire le Dst de son fils alors que je ne savais même pas qu’il y a avait un Dst...La même qui est connectée 24/24 à l’appli de l’école de son enfant et qui ne loupe aucune information ni aucune note de son rejeton.

Des années de colère et d’humiliation me sont brutalement remontées à la gorge

Et je me suis souvenue de toutes ces petites phrases perfides :

Comme : « Moi mon bébé a fait ses nuits en rentrant de la maternité, » alors que le mien me réveillait 14 fois par nuit.

Comme : « Moi je refuse que mon enfant mange des aliments industriels, je fais mes petits pots et mes petits gâteaux tous les jours c’est tellement facile et tellement plus sain » alors que je venais d’acheter un lot en promo de blédichef et que mon enfant était en train de dévorer un Kinder Bueno bien industriel.

Comme : « Ce soir j’ai préparé d’avance des paupiettes de veau une purée maison et une tarte aux pommes » alors que n’ayant rien dans mon frigo et aucune appétence pour la cuisine, ce soir ce serait coquillette gruyère. Pour la 4ème fois de la semaine.

Comme : « Nous on se fait une sortie mère-fille shopping tous les samedis » alors que j’appréhendais tout contact rapproché avec l’une des miennes et me contentais de leur faire des commandes internet. Loin d’elles.

Comme : « Mon mari et moi on se partage les tâches et il va chercher les enfants à l’école les mardis et jeudis ». Alors que la seule fois où Perdado est rentré avant 20h c’est quand il a eu la grippe et 40 de fièvre. Du coup il est resté couché pendant 1 semaine 

Bref les mères parfaites les femmes parfaites les familles parfaites m’ont pourri la vie pendant des années. Ce sentiment d’être toujours la grosse nullarde de service, celle qui fait tout mal ou à l’arrache. Celle qui n’arrive à rien.

Alors aujourd’hui …

Est-ce que ce sont les mêmes qui, de l’école à la fac, étaient toujours celles qui arrivaient à un contrôle en expliquant qu’elles avaient passé la nuit à réviser alors que toi qui avait tout bien bossé dans les temps tu te tapais une note pourrie pendant qu’elles avaient 18/20?

Est-ce que ce sont les mêmes à côté desquelles tu avais le sentiment d’être un cafard invisible alors qu’elles rayonnaient, elles qui avaient toujours des tas de trucs à raconter le lundi alors que toi rien.

Celles sur qui les garçons craquaient alors que toi rien 

Celles qui avaient toujours le dernier jean à la mode alors que toi rien.

Bref je les ai retrouvées les mères parfaites ; ce sont les anciennes perfect girls de ma jeunesse celles qui m’ont complexée pendant des années et qui me poursuivent jusqu’à ce soir avec leurs coiffures parfaites, leur maquillage parfait et leur intérieur parfait qui apparaît dans le zoom derrière elles.

Moi qui ne suis ni parfaite ni vraiment (bien) coiffée ni vraiment (bien) maquillée et qui n’ait de surcroît rien préparé à dîner (la mère parfaite a anticipé et fait une quiche hier soir en prévision - pas moi ), bref j’ai coupé micro et caméra. Je peux ainsi m’adonner (imparfaitement certes) aux joies de la cuisine de dernière minute pour mes enfants tout à fait imparfaits, tout en me réjouissant de n’être pas devenue cette mère parfaite que je trouve ce soir particulièrement peu sympathique.

Un sentiment de victoire cependant : la mère imparfaite que je suis s’est trouvée des amies parfaites qui jamais, jamais, ne lui ont fait sentir précisément qu’elle était vraiment si imparfaite.

Que je les aime ces amies.


51 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

1 comentario


Annette Barbier
Annette Barbier
11 nov 2020

Tu es vraiment une femme géniale et surtout drôle qui raconte la vraie vie...quel drôle de masque ces filles dites parfaites ... très ennuyeuse et soyons honnêtes après quoi Courrent elles ? Bises

Me gusta
bottom of page