Rechercher
  • Merdado

I'm back


A tous ceux qui se sont connectés en vain sur mon blog, dans l’espoir insensé d’avoir de mes nouvelles, acceptez mes excuses.

J’étais dans un tunnel. Pas au sens propre. Mais presque.

Mais, bonnes nouvelles (car il y en a plusieurs) c’est que :

1. j’en suis sortie

2. j’ai appris plein de choses

3. j’ai survécu


J’ai découvert que finalement, ne pas être à la maison (car oui mon tunnel était extérieur, je sais c’est antinomique mais pourtant vrai et ouf) était une délivrance. Une délivrance d’abord pour moi, certes, mais aussi pour ma famille adorée.

Moi qui pensais que j’étais indispensable, je m’étais gourée. Et même si ça fait un petit pincement au cœur, en vrai, c’est plutôt rassurant.

Pendant plus de 8 jours, week-ends compris (oui je sais, la folie) je n’ai RIEN assuré : ni les courses, ni les rendez-vous médicaux, ni les repas, ni les machines, ni (quasiment pas) les devoirs de n°3.

Et devinez quoi ? Ils s’en sont sortis !

Perdado a assuré 2 rendez-vous (plus qu’en toute une vie de couple – là j’exagère mais pas beaucoup)

N°3 a fait ses devoirs tout seul, même son saxo et ce sans que je le lui rappelle par sms (il n’arrive pas à lire ses messages sur son téléphone à 9 touches). Je crois bien même qu'il en a fait plus que quand je suis là.

N°2 a cuisiné (un peu)

Et n°1, pourtant pas la plus prompte à œuvrer pour la communauté, a vidé (2 fois) le lave-vaisselle !

Alors houra ? Oui on peut dire ça.

A ma sortie du tunnel j’ai quand même dû procéder à quelques ajustements. Car certains postes avaient évidememnt été négligés.

Le poisson rouge (bleu en fait) de n°1 était en phase terminale, manifestement totalement dénutri et nageant dans une eau saumâtre et odorante.

La corbeille de linge sale débordait et mes affaires avaient été pillées par n°1 et 2 à la recherche de fringues propres.

Le frigo était totalement vide à l’exception de 14 danettes au chocolat (achetés par N°2) et 4 kg d’emmenthal (passion non partagée de Perdado)

Il n’y avait plus un seul rouleau de PQ dans la maison (ma famille n’ayant pas été gagnée par cette nouvelle folie du stockage de PQ née du confinement)

N°1 ne me reconnaissait plus (non là je déconne)

Bref, broutilles et peccadilles me direz-vous.

Certes.

Mais la vraie bonne nouvelle, c’est que je sais désormais qu’ils peuvent se débrouiller sans moi.

Du coup tiens, si j’allais aux Seychelles avec mes copines ? Enfin en 2023….


41 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

#Ukraine